Le double attentat au Niger marque-t-il une nouvelle phase dans la riposte des groupes terroristes ?


attentat-libye

Le 23 Mai 2013, le Niger a connu deux attentats commis à quelques minutes d’intervalle dans les villes d’Agadez et Arlit. Il n’avait jamais subi d’attaques de groupes terroristes auparavant. En effet, il s’agit des premiers attentats-suicides dans l’histoire de ce pays sahélien engagé au Mali depuis fin janvier aux côtés de troupes françaises et africaines. Quelle lecture faut-il faire de ces deux attentats ? L’élément principal qu’il faut relever est que nous sommes sans doute entrés dans une nouvelle phase de la guerre au Mali. La coalition africaine aidée de la France a très vite repris le contrôle du Nord Mali. Les groupes terroristes ont dû se replier dans l’Adrar des Ifoghas, immense massif montagneux grand comme la moitié de la France et  « forteresse naturelle ». Le succès militaire a permis certes de déloger les différentes mouvances du Mali mais ce qui s’est passé au Niger est semble t-il un avertissement pour tous les pays de région et la France. Les différents états de la zone ont des moyens limités sur le plan sécuritaire et dans le domaine des renseignements pour contenir les menaces éventuelles des groupes terroristes. Le Niger semblait être l’un des pays les mieux outillés de la région, il bénéficie d’un appui logistique et d’une présence de soldats américains et français sur son territoire. Les Etats Unis ont déployé des drones de surveillance au Niger pour aider à la collecte de renseignements sur les activités d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans la zone sahélienne. Une centaine de soldats américains seraient actuellement présents en territoire nigérien pour aider l’armée dans la lutte contre le terrorisme. La France a des intérêts stratégiques dans le pays avec l’extraction de l’uranium et des soldats français sont déployés à Aguelal.

Une démonstration de la capacité à « frapper » les membres de la coalition au Mali

Le choix du Niger et la parfaite coordination des attentats indiquent que l’opération a fait l’objet d’une planification poussée. Arrêtons-nous sur le sens et le message de ces deux attaques perpétrées au Niger. Le premier attentat, le plus meurtrier, mené par des kamikazes a pris pour cible un bataillon de l’armée nigérienne à Agadez causant une forte explosion devant le camp. Les assaillants munis de ceintures d’explosifs ont forcé l’entrée de la caserne et pris en otages des soldats nigériens. Les forces spéciales françaises ont prêté mains fortes à l’armée nigérienne à la demande du président Issoufou pour libérer les otages. Un petit détachement du Commandement des opérations spéciales (COS) composé d’une soixantaine d’éléments est présent depuis février 2013 dans le nord du pays, à Aguelal. Ils interviennent dans la sécurisation du secteur stratégique des mines d’uranium d’Areva à Arlit et Imouraren au coté de l’armée nigérienne.  L’attaque d’une caserne et la prise en otage de soldats montrent une certaine capacité à frapper un lieu stratégique qui plus est, symbole de l’armée.

Le second attentat visait le site du groupe français spécialisé dans le nucléaire Areva à Arlit. Environ une demi-heure après le premier attentat, un autre véhicule a explosé sur ce site à 240 km au nord d’Agadez faisant un mort et quatorze blessés. La cible choisie touche directement les intérêts de la France dans la région. A défaut de pouvoir agir directement sur le sol français, cette action a sans doute eu pour but de frapper les esprits et d’envoyer un signal fort en direction de Paris. A plusieurs reprises, les groupes qui sévissent au sahel ont manifesté leurs intentions de perpétrer des attentats sur le territoire français. L’attaque du site de l’un des fleurons de l’industrie française a non seulement une portée symbolique mais est aussi un acte hautement « médiatique ».

Une jonction entre le  Mujao et  les « signataires par le sang »

Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) a revendiqué  le double attentat au Niger. Les actions de ce type du Mujao ont toujours eu pour cadre le Mali et l’Algérie[1]. Cependant, en octobre 2012 le mouvement djihadiste avait procédé au kidnapping  de cinq nigériens et d’un tchadien travaillant pour des ONG humanitaires dans le sud-est du  pays. Les deux attentats au Niger auraient été menés en étroite collaboration avec le mouvement des « signataires par le sang » dirigé par Moctar Bel Moctar, annoncé mort par l’armée tchadienne. Ce groupe s’était illustré lors des attentats contre le complexe gazier d’In Amenas en Algérie en janvier dernier.

Les attentats au Niger démontrent la capacité des groupes terroristes à passer d’une frontière à l’autre. Les kamikazes à l’origine des attentats viendraient de la Libye ce qui révèle une fois de plus la difficulté du contrôle des frontières au Sahel, ce qui reste un atout pour les groupes terroristes. Le sud-ouest de la Libye est identifié comme le nouveau « sanctuaire » des djihadistes. Dans les heures qui ont suivi les attentats, les autorités nigériennes ont affirmé sans ambages que les assaillants venaient de la Libye. La parfaite maîtrise de la région par les différentes mouvances s’oppose aux faibles moyens des états à sécuriser de grands espaces que constituent les frontières.

La guerre contre le terrorisme au sahel engagée par les pays de la région n’est pas encore gagnée, malgré les batailles remportées au Mali. Les groupes terroristes semblent s’inscrire dans une nouvelle forme de menace qui aurait pour but de frapper sporadiquement des lieux stratégiques. Ces attaques sont commises par des groupes très réduits dont l’action peut causer des dizaines de morts. Toute la difficulté pour les pays de la région résidera dans la capacité à déjouer  ce type de menaces à l’avenir.

Babacar NDIAYE, le 30 Mai 2013


[1] Le 3 Mars 2012, le Mujao a eu recours à l’attentat suicide à la voiture piégée contre la brigade de gendarmerie de Tamanrasset (1.970 km au sud d’Alger). Cette attaque à fait 24 blessés, parmi lesquels 14 civils.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s